Menu icoMenu232White icoCross32White

Clara EGGER - Résumé de l'interview

 

Origine du mouvement Espoir RIC

Espoir RIC est un acronyme qui signifie : Ensemble pour la Souveraineté Populaire par l'Initiative Référendaire. Le mouvement a été créé en 2020 par des militants avec l'objectif de porter une candidature à l'élection présidentielle et d'imposer le sujet dans la campagne.

Le mouvement a porté à sa tête Clara EGGER, enseignante à l'université de Groningen aux Pays-Bas. Ses travaux portent particulièrement sur les processus de démocratisation de la politique étrangère. (4'20)

Une proposition unique

Le programme se concentre sur une mesure phare : l'instauration d'un référendum d'initiative citoyenne en matière constitutionnelle (RIC Constituant). Sa mise en place permettrait d'assurer aux citoyens que chaque changement de la Constitution soit adopté par référendum et leur permettrait également de proposer eux-mêmes des changements de la Constitution. Il serait nécessaire pour cela de recueillir 700 000 signatures. Les modalités concrètes de communication et de recueil des signatures sont évoquées à la fin de l'entretien.  

Cette mesure est aux yeux du mouvement une "clé qui permettrait de changer de système politique". Les autres  formes de référendums d'initiative citoyenne (la possibilité de révoquer un élu ou de proposer une loi) ne sont pas mises en avant puisque le RIC Constituant les rend possibles. Le choix sera donc laissé aux citoyens de décider s'ils souhaitent s'en saisir.

Un système politique à refonder

Clara Egger explique l'apparition de cette revendication comme le "symptôme d'un système politique qui est arrivé au bout de sa logique". Le raccourcissement du mandat présidentiel, le changement dès règles de financement des partis politiques ou encore l'inversion du calendrier électoral sont autant de mesures qui auraient bouleversé le système représentatif français, aboutissant à une situation où un parti politique rassemblant une petite partie du corps électoral peut concentrer tous les pouvoirs. (9'27)

Rappelant que le RIC Constituant se pratique dans 11 pays et que des études mettent en avant que près des trois quarts des Français y seraient favorables, la candidate voit dans cette mesure la possibilité de remobiliser les citoyens puisque "c'est quand on est décisionnaire qu'on s'investit". (17'37)

Le président de la République, un arbitre

Le mouvement Espoir RIC défend l'idée d'une fonction présidentielle conçue comme celle d'arbitre, devant veiller à l'équilibre des pouvoirs. Proposer un programme de gouvernement n'aurait alors pas de sens puisque sa mise en place implique une victoire lors des élections législatives. Or, refusant de "s'asseoir sur la Constitution" comme le fond les autres candidats qui espèrent remporter les deux élections, le mouvement ne présentera aucun candidat aux élections législatives.

Concrètement, la mise en place du RIC Constituant se ferait par une modification de l'article 89 de la Constitution (déjà rédigée et disponible sur le site). En cas de victoire, un gouvernement provisoire sans pouvoir serait nommé avec l'unique mission de préparer ce référendum. Dans l'attente des résultats des élections législatives qui seront dévoilés 8 semaines après le second tour de la présidentielle, le président aurait pour seule fonction de gérer les affaires courantes de la nation. Notre entretien s'est attardé sur cette question compte tenu des nombreuses missions du président. (39'20)

La fin de l'entretien  a été consacrée aux difficultés auxquelles le mouvement peut s'attendre à faire face si la proposition devait gagner en notoriété et visibilité, que ce soit par rapport à l'Union Européenne ou aux marchés financiers. (53'20)